48 heures avant la fin du monde

 

 

1 janvier 2050 des nuages noirs plombent le ciel pas de vent le silence assourdit mes oreilles la civilisation vit ses derniers jours l’égoisme l’entetement des générations précedentes a aboutit à une aggravation de la pollution a entrainé la disparition des animaux sur terre les champs ne produisent plus car la terre est polluée en profondeur l’eau est devenue une ressource rare des maladies nouvelles sont apparues et ravagent actuellement la population mondiale tout a commencé il y a trente ans à l’époque une vague d’indignation a submergé les classes laborieuses mondiales  trop de taxes trop d’impots  la planète courrait à sa perte mais  chacun regardait dans son jardin et la protection de l’environnement était le cadet des soucis de Juliette qui manifestait avec un gilet jaune sur un rond point à la sortie de la ville le mouvement était parti brutalement après une hausse de taxes sur l’essence l’objectif était de réduire la circulation automobile pour préserver l’environnement et offrir à nos enfants une planète verte malheureusement le message n’est pas passé et une vague de protestation a submergé l’ensemble des pays industrialisés malgré les propositions des gouvernements la protestation a continué allant parfois jusqu’à l’émeute il fallait une révolution pour sauver la planète de nos enfants et il y avait une révolution pour consommer plus et détruire encore plus l’avenir de nos enfants Einstein où es tu pourquoi tout cela est ce la faute à l’évolution industrielle aux découvertes qui ont apporté aux populations mondiales un confort nouveau mais aussi entrainé une augmentation de la consommation et une diminution des ressources mondiales la disparition des sociétés évoluées est elle fatale quelques courageux  s’étaient opposés à la vague de protestation mais on les a accusé de catastrophisme un pré deux biches le silence produit par le soleil aucun mot ne pouvait défendre le droit de nos enfants à une vie décente et sereine face à la voiture omniprésente dans chaque famille on consommait à tout va sans penser à demain on voulait tout aujourd’hui l’été au bord d’une piscine en Italie et l’hiver sur les pistes enneigées des Alpes on aurait pu vivre tout aussi bien en consommant moins mais les habitudes sont là et le voisin a une grosse voiture pourquoi pas moi les alertes des différents gouvernements pour protéger l’environnement ont été balayé par le besoin sans cesse croissant des familles aujourd’hui je regarde le paysage lunaire qui s’étend devant moi je suis seul plus aucune vie autour de moi il ne me reste que 48 heures à vivre 48 heures avant la fin du monde

Serge 

Par SERGE




Retour au blog d'écriture