48H AVANT LA FIN DU MONDE

 

 

LA PREMIERE FEMME

 

Je t’ai dit

Je veux être ça :

« La première femme »

Celle qui choisit

Qui avance

Celle à qui la vie souffle dans le dos

Pas celle qui fait

Les toutes dernières choses

Pour la toute dernière fois

Pas celle qui dans 48h

Va mourir avec toi

Dans cet endroit pourri

Surtout pas avec toi

Et surtout pas dans cet endroit pourri

Je suis celle qui décide

Ok ?

Celle qui décide

Maintenant va-t-en

LE DERNIER HOMME

Ecoute-moi

LA PREMIERE FEMME

Pourquoi ?

LE DERNIER HOMME

Parce que dans 48h

Tu vas mourir avec moi dans cet endroit pourri

Parce que

Si tu es celle qui décide

Alors tu décideras de ne pas m’abandonner

Moi

Le dernier homme

Moi

Le dernier miracle de vie capable de réveiller ton cœur

LA PREMIERE FEMME

De réveiller mon cœur ?

Avant d’avoir un cœur

Il faut avoir un monde pour l’y faire grandir

Avant tu te souviens

On ne mettait pas un poisson hors d’un aquarium

On ne mettait pas une vache hors d’un pâturage

Avant

N’est-ce pas ?

Quand il y avait des boites pour contenir les choses

Et des choses pour contenir le sens

Des raisons de se lever le matin

Et des endroits pour faire grandir son cœur

Alors on l’emportait

On le faisait voyager

On le frottait aux autres

Et parfois ça faisait mal

Parfois ça faisait rien du tout

Et parfois c’était miraculeux

N’est-ce pas ?

Toi qui parle de miracles

Toi qui dit que tu es un miracle

Parce que tes yeux sont mobiles et changeant

Parce qu’ils me regardent et réagissent

Parce qu’ils ont pleuré tout à l’heure

Quand on a compris

Compris qu’on allait mourir

Je le sais bien qu’ils ont pleuré

Ils ont craqué même

Se sont fendus en deux

Toi

Le dernier miracle

Tu te souviens d’hier ?

Hier seulement

On n’avait pas peur de finir

On ne savait pas

LE DERNIER HOMME

On ne savait pas mais on savait

On s’en doutait

C’était juste un concept trop grand pour nous

Un concept si grand qu’on n’en visualisait ni la taille ni l’avancée

Viens

Le monde reste vaste

Viens explorons-le

Allons déjà traverser la voie

Il n’y aura pas de train pour nous passer dessus

LA PREMIERE FEMME

Hélas

LE DERNIER HOMME

Tu dis que tu es la première femme

Alors viens avec moi

Partons

Ce sera la première fois pour la première femme

Et la dernière fois pour le dernier homme

Ils iront voir les pâturages sans vaches

Et les gares sans trains

Les rues sans arbres

Et les maisons sans habitants

Les forêts sans oiseaux

Et le ciel sans étoiles

Tu dis que ton cœur a besoin du monde

Mais le monde existe

Et dans 48h

Il existera toujours

Il sera poussière

Et tu seras dedans

Tu auras ta place

De quel sens as-tu besoin ?

De quel temps imparti ?

Quand le monde n’était pas mourant

Toi tu l’étais

Nous sommes tous périssables

On le sait bien

On l’oublie mais au fond on le sait

Et je te le dis

Hier

Il n’y avait pas plus de sens

Et pas moins de monde

Qu’aujourd’hui

Ni que demain

Pour contenir ton cœur

 

Par Johanna Hess




Retour au blog d'écriture