Chapitre 4 : La soirée post Bac

 

Chloé regarde Marie défiler dans sa chambre. Elle essaye un nombre inimaginable de robes en vue de la grande soirée de ce soir. Oui, ce soir a lieu la grande fête post-Bac. Elle se passera chez Paul, un camarade de leur classe. Paul a une grande maison dans les hauteurs de la ville, à côté de la forêt, pas loin de chez Louis. C’est chez lui que se déroule les plus grandes fêtes. Chloé et Marie ont rendez-vous à 20h devant chez Louis, afin qu’ils y aillent tous ensemble. Il est 17h30. Il faut encore qu’elles trouvent une tenue, qu’elles se lavent, se coiffent et se maquillent. Marie tournoie avec une robe noir en dentelle tout en parlant. “Ce soir, avec Thibaut, on va le faire…”. Chloé croit s’étouffer. Marie va faire l’amour pour la première fois ce soir. Chloé l’a fait pour la première fois l’année dernière mais elle regrettera toujours de ne pas l’avoir fait avec quelqu’un qu’elle aime vraiment. “T’es bien sûre de toi ? Dit-elle timidement. “Faut pas que tu le fasses pour lui faire plaisir”. “C’est moi qui en ai envie, Chloé” répond Marie sèchement. Chloé sourit “Alors, ça va être une belle soirée” dit-elle pour ne pas créer une dispute inutile… Marie lui rend son sourire tout en enchaînant. “Bon, ce n’est pas le tout, mais on n’a toujours pas trouvé nos robes ! Laquelle tu préfères ?”. “Tu devrais mettre la bleue ! Elle te fait de gros lolos !” répondit- Chloé. Après un court silence, les deux filles explosent de rire.

Il est 19h30. Chloé et Marie sont prêtes. Marie porte la robe bleue avec le décolleté plongeant. Ses cheveux bouclés sont relevés en une jolie queue de cheval. Quelques boucles se sont échappées et viennent lui chatouiller la nuque. Au cou, elle porte le collier que lui a offert Thibaut pour son anniversaire. Chloé a mis une robe noire. Ses cheveux sont lâchés et légèrement ondulés pour l’occasion. Elle les a ramenés sur le côté afin de dévoiler son joli dos nu en dentelle. Perchée sur des escarpins, elle espère qu’elle ne va pas trop souffrir. Au pire, elle a ses baskets dans son sac.

Impatientes et excitées comme des puces, les deux filles attendent devant chez Louis. Thibaut arrive en premier dans un beau costard bleu. Elles n’ont pas l’habitude de le voir comme ça. Il paraît beaucoup plus âgé. Il enlace et embrasse Marie langoureusement. Chloé les regarde. Ils sont si beaux ensemble. Soudain, elle sent comme une présence derrière elle. Un souffle, puis un murmure qui la fait frissonner. “Tu es magnifique ce soir…” Un sourire se dessine sur ses lèvres. C’est lui, elle pourrait reconnaître sa voix parmi tant d’autres. Elle n’ose pas se retourner de peur de briser cet instant. Elle sent sa main qui se pose délicatement dans le haut de son dos et qui descend lentement pour arriver au niveau de ses reins. Il est maintenant face à elle et lui dépose un baiser sur la joue. Il a un costard noir. Pas de cravate mais une chemise à un col officier, il est très classe. Ses cheveux ébouriffés lui donne un air détaché mais ne lui enlève en rien son charme. “Tu n’es pas mal non plus” lui répond-elle avec malice. Il lui sourit. Pierre arrive en courant. Il n’a pas vu l’heure passer, obnubilé par ses jeux en ligne.

Enfin au complet, ils marchent en direction de la maison de Paul. Il ne fait pas encore nuit et l’air est doux. Ils traversent la forêt d’un pas soutenu, les garçons aident les filles afin qu’elles ne s’enfoncent pas dans la boue avec leurs chaussures. Cette forêt, il la connaisse par cœur. Petits, ils y venaient pour jouer aux chevaliers, à cache cache ou bien encore pour construire des cabanes. Une fois les dernières branches posées, ils s’y réfugiaient tous ensemble le temps d’un goûter. A la nuit tombée, ils aimaient se raconter des histoires d’horreur. Ils se blottissaient les uns contre les autres en frissonnant. Tout ça leur semble loin. Aujourd’hui, il la traverse uniquement pour aller en soirée ou pour aller au sport.

Chloé trébuche et manque de tomber mais Louis la rattrape de justesse. Le cœur battant, elle le regarde. Ses yeux sont plantés dans les siens. “Bah alors on est déjà bourrée?!” Dit Thibaut en les dépassant. Louis la redresse délicatement, les bras tremblant, comme s’il avait peur de l’abîmer. Une fois de nouveau sur ses deux jambes, Louis lâche Chloé. Le périple continue en silence à travers les bois. 10 minutes plus tard, ils arrivent au niveau de la maison de Paul. La musique se fait déjà entendre et des gens affluent devant le portail. C’est une grande maison à 3 étages. Elle a toujours fasciné Chloé avec son donjon. Un jour elle a essayé d’y grimper mais l’accès était condamné.

Les voilà à l’intérieur. Il y a du monde dans tous les recoins. Des odeurs d’alcool et de petits fours envahissent la maison. Au fond du jardin, un dj est en train de mixer, le son est tellement fort qu’on peine à s’entendre. Chloé regarde tout ce monde qui s’agite sous ses yeux. Toutes ses personnes avec qui elle a grandit sans forcément les connaître. Elle a peut être adressé deux trois mots à certains mais ce n’est jamais allé plus loin. C’est comme ça le lycée. Ce soir, ils sont tous réunis pour une dernière soirée, une dernière danse, pour tourner la page, dire adieu à leur vie de lycéen et se lancer dans le vrai monde. Chloé aimerait pouvoir figer le temps. Ne jamais avoir à grandir. Elle veut rester cette lycéenne naïve qui avait comme unique objectif le bac et les garçons.

“On va se prendre un verre?!” Hurle Marie en leur indiquant le bar de l’autre côté du salon. Y accéder ne va pas être une mince affaire. 15 minutes plus tard, ils ont tous un verre à la main. “Allez on trinque !” dit Thibaut. “A quoi ?” demande Marie. “A nous et à notre avenir qui commence enfin !” Chacun lève son verre, tous se regardent intensément comme pour marquer à jamais cet instant dans leur mémoire. Ce moment où ils sont encore tous réunis, avec comme seul horizon que l’avenir. A cet instant précis, rien ne peut les atteindre, ils sont jeunes, ils sont beaux, ils sont déterminés, ils sont intouchables.

Les verres de vodka Red Bull et les shots de Jägermeister s’enchaînent. Tout le monde danse maintenant porté par les effluves d’alcool. Chaque corps se laisse guider par  le rythme de la musique. Chloé a chaud, très chaud. Elle sent que ses joues sont rouges et commence à avoir mal aux pieds. Tout tourne autour d’elle. Elle décide d’aller aux toilettes pour se passer une petit coup d’eau sur le visage. D’un pas non assuré, elle se dirige vers la salle de bain. Dans le couloir, elle aperçoit au loin Louis et Pauline. Elle décide alors de se faire discrète. Quelque chose ne va pas, Pauline, fait de grands gestes et de grosses larmes dévalent sur ses joues. Louis, lui, est adossé contre le mur, il ne dit rien. Tout d’un coup la main de Pauline rencontre la joue de Louis. Il n’a pas l’air surpris. Toujours en pleure, elle le fusille du regard et part en courant, le laissant seul contre le mur, la joue encore imprégnée de la marque de ses doigts. Chloé hésite à aller le voir mais n’ose pas. Il a l’air bizarre, il ne bouge pas mais sourit. Il regarde quelque chose au creux de sa main, quelque chose qui a l’air précieux, important. Chloé plisse les yeux pour essayer de distinguer l’objet de son attention, elle aurait dû prendre ses lunettes. Une fois la mise au point effectuée, elle découvre qu’il tient le porte-clé qu’elle lui a offert à Noël dernier. Elle pensait qu’il l’avait jeté depuis longtemps.

Soudain, elle se sent vaciller. Elle n’aurait pas dû boire autant. Elle s’engouffre alors dans la salle de bain et ferme la porte à clé. Elle se retrouve face à son reflet. Elle ne ressemble en rien à ce qu’elle était en début de soirée. Ses cheveux, qu’elle avait eu tant de mal à faire onduler, ont repris leur forme lisse initiale. Son maquillage tient encore la route, mais ses yeux semblent gonflés. Elle a du mal à se reconnaître, tout son visage bouge dans le miroir. Elle sent son haleine qui a encore le goût du Jäger. Elle farfouille dans son sac et sort des tic tac à la menthe. Elle en gobe 5 d’un coup histoire de faire illusion. On tambourine à la porte. “30 secondes, j’ai bientôt fini” s’entend dire Chloé d’une voix presque inconnu. Elle se regarde une dernière fois dans la glace, se met un peu d’eau sur le visage, passe un coup sur sa robe qui commence à faire des plis disgracieux, remonte ses collants, enfile sa paire de baskets et range ses escarpins dans son sac. Elle se sent tout de suite plus à l’aise. Après avoir pris une grande inspiration, elle sort et retourne au cœur de la soirée.

Il est 4h du matin, les gens commencent petit à petit à partir en titubant. La musique est plus calme qu’au début. Chloé cherche Marie du regard mais ne parvint pas à la trouver. Elle sent son portable vibrer dans son sac.C’est elle “Je suis partie avec Thibaut, souhaite moi bonne chance, demain je serais une nouvelle femme ! Je t’aime fort ma Chlounette ! M. “. Elle fixe son écran, le message est trouble, il faut qu’elle aille prendre l’air. Dehors, derrière des buissons, un couple s’embrasse salement. Devant les platines, au fond du jardin, un groupe de jeunes dansent encore énergiquement comme si la fatigue ne pouvait les atteindre. Chloé s’assoit sur une balançoire dissimulée au milieu des arbres. Elle est tranquille ici, elle va pouvoir respirer un peu. A peine installée, un bruissement la fait frissonner. Il y a quelqu’un d’autre caché dans l’ombre. “Il ne reste plus que nous deux apparemment” dit Louis en sortant de sa cachette. Sa voix est calme. Ses cheveux sont encore plus ébouriffés que d’habitude. Sa joue a repris une couleur rosée. Il s’approche en silence d’elle et se loge dans son dos. Il passe ses mains délicatement  autour de ses hanches et commence doucement à la pousser afin de provoquer un mouvement de bascule. Les pieds de Chloé décollent du sol. Elle a l’impression de voler, elle se sent légère. A chaque fois que la balançoire la ramène de son côté, elle peut sentir son corps chaud tout près du sien et ses mains qui viennent toucher ses reins pour lui donner un nouvel élan. Dans l’air une musique familière. “Tu entends ?” Dit Louis en stoppant la balançoire et la ramenant vers lui. Chloé reconnait très bien cette musique, c’est leur musique. “Forever young, i want a be forever young”. Ils l’ont chanté des heures à tu tête. Louis fait pivoter Chloé afin qu’elle soit face à lui. “Tu danses ?” Lui chuchote-t-il à l’oreille tout en glissant une main dans son dos pour la coller contre lui. Chloé aime les mains de Louis. Ce sont de grandes mains musclées. Elle pourrait les regarder, les toucher, les détailler pendant des heures. A cet instant, Chloé peut sentir son torse sur sa poitrine. “Faites qu’il ne remarque pas que  mon cœur bat la chamade” pense-t-elle en se pinçant les lèvres. Naturellement, elle pose une main sur son épaule et l’autre dans le creux de sa main. Ils n’ont jamais été aussi proche. La musique les envahit. Ils sont seuls au monde. Louis a les yeux plongé dans ceux de Chloé. Elle veut savoir ce qu’il pense à cet instant précis, ce qui se cache dans le fond de ce regard si mystérieux. Elle, a l’impression d’être dans un autre monde. Elle est si bien contre lui. Elle veut que ce moment ne s’arrête jamais, qu’ils se regardent ainsi toute leur vie. A ce moment, Louis se penche vers Chloé. Ses lèvres touchent délicatement les siennes. D’abord doucement puis plus intensément. Il la prend alors toute entière dans ses bras. Ses mains passent dans ses cheveux, sur son cou puis descend sur sa taille. Chloé a l’impression d’exploser. Elle n’a jamais rien ressenti de tel. Tout son corps est en ébullition et répond à chaque geste que Louis lui donne. Tout en lui embrassant le cou, il lui glisse au creux de l’oreille “Chloé, je t’aime depuis le premier jour”.

 

Tiphaine Cazanave