Chapitre 6 : La première fois

 

Après leur baiser dans le jardin, il l’avait silencieusement pris par la main et l’avait emmené dans les fins fonds de la maison. Elle s’était laissée faire, confiante. Ils avaient alors monté de nombreuses marches sans jamais se lâcher.

Ils sont désormais au cœur du donjon, dans la pénombre, collés l’un contre l’autre, l’un en face de l’autre. Chloé peut sentir la respiration chaude de Louis qui lui caresse le creux du cou. Dehors, la lumière du réverbère vient dessiner la courbe de leurs corps. Doucement, Louis commence à lui déposer des bisous dans le cou. Chloé penche la tête en arrière et ferme les yeux afin de sentir pleinement le contact de ses lèvres sur sa peau. Elle sent des picotements monter progressivement dans le bas de son ventre. Ses lèvres reviennent caresser les siennes. Leur deux corps se collent de plus en plus comme aimantés.

Le souffle coupé, Louis interrompt leur baiser comme s’il le brûlait. Il prend la main de Chloé et les dirige vers le matelas posé par terre. Seul un drap blanc le recouvre. Il l’allonge dessus,délicatement en lui passant une main dans ses cheveux. “qu’est-ce qu’elle est belle” pense-t-il. Il est maintenant allongé sur elle et la dévore des yeux. Autour d’eux, de nombreux objets sont éparpillés. On pourrait se croire dans une brocante ce qui renforce l’authenticité du moment. Chloé ne veut pas que ce moment s’arrête. Elle enregistre chaque parcelle de peau, chaque mouvement, chaque détail pour pouvoir s’en souvenir toute sa vie. Ce moment, elle l’a rêvé des millions de fois, dans son lit, en voyant la chambre de Louis allumée de l’autre côté de la ville, en se regardant dans la glace, en s’endormant…

Ce soir, dans cette pièce, dans ce lit, avec lui, elle se sent enfin elle-même. Elle peut enfin se libérer. Auprès de lui, elle se sent forte, elle se sent belle, rien ne peut l’atteindre. ll est son enfance, il est ses souvenirs, il est tout ce qu’elle a aimé et qu’elle aime. Il est sa maison. Son sentiment de sécurité et de bien être. Ils se comprennent. Leur deux corps se mélangent dans une douceur infinie. Ils ne font plus qu’un. Ce soir là, pour la première fois, ils s’endormirent enlacés…

 

Il est 8h, du matin. Dehors, les oiseaux commencent à chanter. Les premiers rayons du soleil viennent s’immiscer dans leur intimité. Allongé, nu, sur le petit matelas, Louis regarde Chloé qui dort encore paisiblement. Sans faire de bruit, il laisse ses doigts se promener sur son dos. Un rayon vient de passer sur ses cheveux  faisant ressortir de jolis reflets blonds. Louis pourrait la regarder toute sa vie. A ce moment précis, il n’imagine pas un matin sans se réveiller à ses côtés. Sa présence l’apaise. Le drap est posé de telle sorte qu’il cache uniquement ses fesses et ses jambes. Des images lui reviennent alors de la nuit passée en voyant la courbe de ses reins et ses fesses qu’il devine à travers cette parcelle de coton blanc. Il pourrait la manger en entière. Il aime tout chez elle. Le goût fruité de son corps, la douceur de sa peau, l’intensité de ses gestes, ses petits seins ronds, l’intonation de sa voix et ses lèvres, ses lèvres qu’il a envie d’embrasser, mordre et embrasser encore…

Le rayon vient chatouiller les yeux de Chloé, la réveillant petit à petit. Dans un gémissement, elle se retourne et découvre Louis qui la regarde. Elle lui sourit de son plus beau sourire tout en s’étirant mais Louis ne lui laisse pas le temps et la ramène contre lui pour l’embrasser avec fougue. Il a envie d’elle. “C’était magique hier, soir, tu es magique” lui chuchote-il. Les mots de Louis font frissonner Chloé. Elle colle son corps nu et chaud contre le sien. Elle sent l’excitation monter en lui et naturellement, leur deux corps se lient à nouveau comme pour prouver que ce qu’ils ont vécu hier soir n’était pas seulement un rêve.

 

Tiphaine Cazanave



Retour au blog d'écriture