Des anciens de l’Ecole de Spectacle, artistes émergents du théâtre contemporain

La bouche ouverte, les yeux et les oreilles écarquillés pour ne rien perdre, un moment précieux !

Notre vie tourne autour du théâtre toujours et être spectateur est un de nos rôles. Parfois nous sommes heureux de ce qui se passe là-bas sur ce plateau, souvent nous n’arrivons pas à nous laisser faire, à y croire, à nous perdre, car nos yeux sont aguerris et il est difficile de se laisser simplement porter dans l’instant sans regarder la technique, décortiquer la scénographie, questionner la mise en scène…
Et puis nous voilà deux soirs de suite dans la salle pour deux spectacles qui me poursuivent encore aujourd’hui.

Tous les enfants veulent faire comme les grands de Laurent Cazanave.
Un moment de grâce sur la douceur du baiser, un moment de poésie dans une scénographie magnifique, un temps pour rêver avec 4 comédiens de talent.
Enfin un théâtre qui ne vilipende pas, n’impose pas une pseudo vision politico-sociale de bon ton, moralisatrice. On y parle de nous, nous tout simplement, de notre fraîcheur d’enfant, d’amour.
Par la Cie la Passée avec nos anciens élèves Laurent Cazanave (auteur et metteur en scène), Alexandre Virapin (assistant mise en scène), Michaël Pothlichet (comédien et compositeur), Nathan Bernat (comédien) et Flora Diguet, Horace Manuel

Un homme qui fume c’est plus sain, au théâtre Jean Arp par le Collectif Bajour
La salle est pleine et ça commence… Enfin, est-ce que ça commence ?
Nous sommes tenus, suspendus, le corps penché en avant, vers la scène, ballotté par les ruptures de rythme, par la dextérité des comédiens, par la justesse des mots, de la situation et cette force collective… Une claque, voilà, une claque théâtrale. C’est bouleversant tant de talent, tant d’intelligence. Et c’est terminé … est-ce que c’est terminé?
Par le collectif Bajour, dont deux anciens élèves.
Parfois il n’y a rien à dire, il faut juste applaudir à tout rompre et remercier.

Karin Catala, directrice générale du groupe EDLC