PARTAGE DE RAPHAËL DEWNARAIN

Travailler pour devenir comédien avant ou pendant le confinement

par Raphaël Dewnarain

 

Travailler pour devenir comédien avant ou pendant le confinement.

Mon travail avant le confinement : Je suis élève du Parcours Pro du Groupe EDLC, mais ça me semble si loin déjà. J’ai choisi les cours de Karin Catala, Laurent Cazanave et Philippe Delbart.

Avec Laurent, nous avons commencé un travail dirigé sur la technique, la respiration, le placement de voix, l’espace. Nous avons travaillé sur une chanson du répertoire français et un poème de notre choix. De multiples questions découlaient également de ce processus : comment raconter une histoire, comment dessiner un tableau, image par image, comment rester dans le concret de cette histoire par le biais d’une chanson ? Pourquoi ce texte ? Qu’est-ce que je veux raconter par ce texte ? Quelle est la nécessité de monter ce texte ?  Nous devions ensuite élaborer la mise en scène du poème.

Avec Karin, nous avons travaillé sur « l’Échange » de Paul Claudel et plus particulièrement sur « Électre » de Giraudoux. Avec Philippe, sur « Un air de famille » de Agnès Jaoui et Jean-Pierre Bacri. Ces différents projets ont permis d’explorer plusieurs variétés de théâtre tout en approfondissant le jeu du comédien.

Mais bien sûr, une grande partie de l’année fut dédiée aux concours des grandes écoles nationales de théâtre. Pour cela, nous devions travailler des scènes/monologues. Malheureusement, pour ma première année, échec TOTAL, mais ce fut également très formateur : comment chercher une scène, comment la travailler, comment accepter le fait d’être toujours en recherche, de ne jamais atteindre réellement l’objectif final, comment trouver des solutions aux problèmes… ? Tant de questions qui furent mises sur la table pendant cette période si particulière.

Je participe aussi à la Master théâtre avec Jules Meary et Alexandre Virapin. C’est un cours d’écriture plateau. Notre objectif est de construire un projet, une pièce autour des propositions de chacun.

Mais voilà, avec l’arrivée de notre cher ami COVID 19, les EDLC furent contraints de fermer leurs portes, et vint l’époque du confinement. Mais le travail ne s’est pour autant pas terminé ! Avec Laurent, nous devons créer le dossier artistique complet de notre mise en scène avec le poème (choix du poème, scénographie, son, comédiens, planning, salle …).

Avec la Master théâtre, nous continuons nos séances du mercredi soir, nous nous retrouvons sur la plateforme ZOOM pour débriefer sur les propositions de chacun. Un rendez-vous essentiel et qui fait du bien dans notre vie de confiné !

Les 48Heureusement organisées par Jules Meary et Alexandre Virapin, ont permis de montrer une nouvelle façon de continuer notre art malgré le confinement en vigueur. Quelle place peut occuper le théâtre dans le contexte où il ne peut y avoir de spectacle vivant avec un public ? La vidéo est-elle le seul moyen pour compenser ce manque…? Les 48Heureusement furent en tout cas un véritable succès pour le public et un bonheur pour les comédiens !

Cependant, la pratique théâtrale reste bien évidemment limitée… En tant qu’apprenti comédien, il est très compliqué de pratiquer son art. Effectivement, n’ayant ni public, ni troisième œil, ni nouvelles rencontres, la stimulation intellectuelle est d’autant plus difficile et la création s’en trouve affectée. J’apprends peut-être la patience ?



Voir le blog